Annonceur
Annonceur

A la Une

CM Biathlon : "Le cannibale" et "super Svendsen"

Ole-Einar Bjoerndalen et Emil Hegle Svendsen sont les deux grands favoris du sprint des mondiaux de Pyeong-Chang. Sur fond de crise, le duo norvégien peut ramener le sportif au premier plan. Tout est possible pour les français.

L'organisation des Championnats du monde 2009 de biathlon (14-22 février) par Pyeongchang fait partie de la stratégie tous azimuts de la station de sports d'hiver sud-coréenne qui veut décrocher l'organisation des jeux Olympiques d'hiver 2018. Les villes candidates françaises auront fort à faire face à dossier très solide.

Après ses échecs pour 2010 et pour 2014  Sotchi (Russie), Pyeongchang ne désarme pas. Pour accueillir le gratin mondial du biathlon, la ville de 46.000 habitants située à 180 km à l'est de la capitale Séoul a mis les petits plats dans les grands.

 A défaut de tradition sportive, elle met en avant sa puissance financière qui lui a permis de payer les voyages et l'hébergement des nations participant aux Mondiaux-2009 et de créer un site de compétition sans équivalent.

 Situé à 750 m d'altitude, l'Alpensia biathlon center, avec son stade et ses structures ultra-modernes, a fait forte impression pour ses débuts officiels lors d'une étape de Coupe du monde l'hiver dernier.

 "C'est un site très exigeant, avec des bosses créées artificiellement qui sont très dures et qui, même en descente, ne permettent pas de récupérer", rappelle  Simon Fourcade.

Pour ces premiers Championnats du monde de biathlon en Asie, le dépaysement est assuré pour les participants .Ils sont hébergés au pied des pistes de ski alpin de Yong Pyong dans un superbe hôtel aux chambres typiquement sud-coréennes avec, en guise de lit, un confortable matelas posé à même le sol. Mais pas sur que ce confort puisse consoler les biathlêtes car dehors entre la pluie, le vent et les températures printanières, le paysage n’a rien d’hivernal ; sans parler à nouveau des soucis de dopage …

Malgré tous ses soucis, il faudra bien débuter les mondiaux dès samedi matin avec un sprint, une compétition qui pourrait bien sourire aux deux norvégiens Bjoerndalen et Svendsen.

L'un est la référence mondiale du biathlon, l'autre son successeur désigné: les Norvégiens Ole Einar Bjoerndalen et Emil Hegle Svendsen devraient être les animateurs des Championnats du monde 2009 qui débutent samedi à Pyeongchang, en Corée du Sud.

A ceux qui annonçaient la fin imminente de son règne et le début de l'ère Svendsen, Bjoerndalen, 35 ans, a répondu mi-janvier par un sacré pied de nez.

"Je veux poursuivre ma carrière encore longtemps, au moins jusqu'à 2014", a-t-il prévenu, juste après avoir cueilli sa deuxième victoire en deux jours à Ruhpolding (Allemagne).

En 2014 lors des JO de Sotchi (Russie), s'il tient vraiment parole, "OEB", comme on surnomme l'extra-terrestre en Norvège, aura... 40 ans et un palmarès sans égal dans le sport mondial.

 Au niveau du biathlon et même de tous les sports d'hiver, il évolue déjà sur une autre planète avec dix titres mondiaux, cinq médailles d'or olympiques, cinq globes de N.1 mondial et 84 victoires en Coupe du monde, soit deux succès de moins que le Suédois Ingemar Stenmark, roi du ski alpin entre 1975 et 1983 et athlète le plus titré dans une discipline hivernale.

En début de saison, Bjoerndalen, venu au biathlon parce que, junior, il n'avait pas été sélectionné pour des Championnats du monde de ski de fond, a pourtant donné d'inquiétants signes de faiblesse.

Des contre-performances expliquées après coup par un virus, mais qui ne sont pas passées inaperçues, car au même moment,son coéquipier et ami Svendsen affichait une forme étincelante.

"Super-Svendsen", comme il se surnomme lui même, a en effet fini les cinq premières courses de l'hiver sur le podium, dont trois fois sur la plus haute marche. Rien ni personne ne semblait pouvoir arrêter le biathlète de Trondheim, déjà très en vue lors des Mondiaux-2008 avec deux titres (20 km et mass-start) acquis au nez et à la barbe de... Bjoerndalen.

Mais s'il aborde le rendez-vous de Pyeongchang avec le dossard de leader de la Coupe du monde, Svendsen, 23 ans, sait que celui qui fut son mentor, finançant même ses années de junior, sera son rival le plus sérieux.

Car Bjoerndalen, toujours en quête de la course parfaite plus que de nouveaux honneurs, s'est retiré dans son fief autrichien d'Obertilliach à 1450 m d'altitude pour préparer ses 16e championnats du monde: "Je veux faire honneur à mon surnom de cannibale", prévient-il.

Face à ces deux ogres on retrouvera avec plaisir le duo suédois Bergman, Ferry. Voilà deux garçons qui ont beaucoup travaillé depuis quelques années et cela commence à payer, il ne serait pas étonnant de les voir sur les podiums durant ces mondiaux.

Les autrichiens Sumann, Landertinger et Mesottitsch font également figure de candidats aux médailles. Les deux premiers nommés réussissent une saison excellente et parviennent à tenir tête aux norvégiens sur les skis, mais tout n’est peut-être pas si rose dans cette équipe, car certains biathlètes et entraineurs étrangers auraient de sérieux doutes quant à leurs performances. 

L’Allemagne comptera sur sa locomotive Greis pour glaner quelques médailles, « Michi » est un homme de grand rendez-vous et certainement qu’il nous mijote de jolies performances. Il sera accompagné par Rösch et Stephan, un duo de parfaits outsiders.

Des outsiders on en retrouvera encore du coté de la Norvège avec l’excellent Alexander Os, avec Berger ou le véteran Hanevold, un homme qui a toujours réussi dans les grands rendez-vous. Un autre "ancien", le polonais Sikora brille de mille feux depuis le début de saison, mieux que cela il est un des rares à soutenir la compararaison avec les maitres norvégiens. Sikora habitué des titres européens souhaite maintenant se faire une collection d'or à l'échelon mondial, une partie tout à fait jouable.

On parlera également de la Russie, malgré le scandale, ce pays peut gagner des titres grâce au talent de Tchoudov qui va faire merveille sur cette piste difficile, Tcherezov et Kruglov tenteront de faire aussi bien.

Reste notre équipe de France qui arrive ici avec de l’ambition et des compteurs remis à zéro malgré une première partie de saison faites de hauts mais aussi de beaucoup de bas.

Vincent Defrasne est en Corée pour glaner une médaille , il veut absolument effacer son début de saison plus que moyen. Le champion de Pontarlier, 31 ans, cherche toujours l'étincelle: "Je suis déçu, frustré, mais pas déprimé. Je ne fais pas tous ces efforts pour de tels résultats", lance celui qui occupe le 31e rang mondial.

Mais, Vincent, pourrait bien retrouver ses qualités au pays du matin calme, aidé par ses jeunes coéquipiers qui amène de la fraicheur et de l’envie dans notre formation , c’est la « génération Poirée »

Venus au biathlon par admiration pour l'octuple champion du monde, les frères Fourcade  se sont retrouvés cet hiver en première ligne.

 Simon, l'aîné des Fourcade, conseillé ponctuellement par Poirée, a signé les meilleurs résultats individuels français de la saison avec ses 3e et 5e places à Oestersund (Suède) début décembre, avant de rentrer dans le rang.

 "Je ne veux plus être l'éternel espoir, je pensais avoir franchi cette année un palier mais ce n'est pas encore fait", admet l'athlète de 24 ans, qui vise malgré tout un podium en individuel en Corée du Sud.

Encore junior, son cadet Martin est devenu pour sa première saison sur le circuit membre du relais tricolore, l'une des réelles chances de médaille française. Martin c’est un vrai talent, un homme qui travaille beaucoup pour réussir et nul doute qu’il sera un jour un des tout meilleurs spécialistes dans son sport. La famille Fourcade pourrait bien nous offrir quelques bonnes surprises.

Vincent Jay complètera notre équipe, le petit ami de Marie-Laure Brunet s’est fait l’auteur d’un très bon début de saison, on a apprécié sa solidité au tir et son ski solide, il peut lui aussi tirer son épingle du jeu en Corée.

On en saura plus samedi en fin de matinée… Allez les bleu on est tous derrière vous !

La start-list sera publiée sur www.ski-nordique.net

(avec AFP)

 

A lire aussi:

Annonceur
Annonceur

Dates à retenir

 13/12/2018Ski alpin : Coupe du monde Val GardenaSki alpin
 13/12/2018Ski alpin : Coupe du monde Val d'IsèreSki alpin
 13/12/2018Biathlon : Coupe du monde HochfilzenBiathlon
 13/12/2018Biathlon : IBU Cup RidnaunBiathlon
 14/12/2018Saut à ski : Coupe du monde EngelbergSaut à ski
 15/12/2018Biathlon : Junior Cup LenzerheideBiathlon
 15/12/2018Ski de fond : Coupe du monde DavosSki de fond
 15/12/2018Saut à ski : Coupe du monde PrémanonSaut à ski
Annonceur
Annonceurs

Italian

Italian

Italian    Italian

Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur