Annonceur
Annonceur

A la Une

Manificat190212ah029[1]

Le FIS World Uphill Trophy raconté par son vainqueur

Maurice Manificat, premier fondeur à inscrire son nom à cette épreuve atypique, revient en détail sur sa performance et les caractéristiques du parcours. Sa conclusion reste mitigé : la montée c'est bien, par contre la descente...

Maurice Manificat a remporté ce trophée, disputé dans des condittions difficiles, devant son coéquipier Christophe Perrillat et le Slovaque Martin Bajcicak.

"Le départ était donné au départ des remontées mécaniques de la colline de Szrenica ; nous remontions une piste d'alpin pendant 4km environ avec un dénivelé positif de 500m. Pendant 1km la pente n'est pas excessive mais pas possible de faire du symétrique, d'autant qu'il y avait un tapis de neige fraîche et un vent de face assez fort ;  Puis un premier long mur qui doit faire autour des 25%, suivi d'un long plat montant en devers où j'ai placé mon accélération. Puis de nouveau, une pente continue jusqu'au sommet avec des pourcentages variés, mais très exposées au vent. Il y avait des congères tout le long, et avec le jour blanc, on aurait pû monter les yeux fermés que cela aurait été pareil :)

Passé le sommet avec 1 minute d'avance sur le groupe de trois poursuivants, c'est la délivrance pour les poumons mais pas pour les jambes !

Après que mon coach m'ai passé mon masque, une relance en plat descendant, une petite remontée (mais très douce par rapport à ce qui a été fait) puis j'entame la descente plein de congères, avec vent de dos cette fois. Ce n'était heureusement pas un slalom, les portes étaient très espacées. A 1km de l'arrivée, on arrive sur un plat descendant qui permet de me relâcher un peu ; un bon schuss, j'ai les jambes en béton, mais il faut encore faire un dernier effort, 200m pour remontée sur la ligne d'arrivée. Je constate que j'ai bien pris mon temps dans la descente, Tof est 20sec derrière, il a pris tous les risques dans la descente, il n'est tombé qu'une fois alors que les concurrents ont mangé la neige fraîche plusieurs fois :)

Voilà, 30 minutes de plaisir (plus ou moins), un gros chèque à l'arrivée et de bonnes rigolades à se raconter notre matinée. Certes la participation des athlètes de la Coupe du monde était faible, mais vous savez ce que l'on dit : Les absents ont toujours tort ! :)

Nos deux coachs ont réalisé une super assistance technique, les skis préparés la veille par nos techniciens glissaient au top. Le plus important c'est que je me sois fait plaisir, très important pour retrouver l'envie de se donner à fond pour la fin de la saison Coupe du Monde.

Vous voulez mon avis : La montée avec des variations de pentes, c'est super, on reste dans un effort d'endurance, qui demande une bonne technique et un gros moteur, on est dans les cordes du ski de fond. En revanche, la descente avec nos allumettes de 4cm de large au pied, c'est pas le top !

Ma conclusion : ce genre de course en montée pure est bien car atypique, c'est un challenge autant pour l'athlète confirmé que pour le compétiteur amateur, mais soit il faut faire l'arrivée au sommet, soit il faut une descente plus courte, ou moins raide, en redescendant par un vraie piste de fond vallonée par exemple."

Plus d'infos sur le site de Maurice Manificat en cliquant ICI


Dates à retenir

 26/04/2014SkarverennetSki de fond
 31/07/2014Blink FestivalSki de fond
 10/08/2014City BiathlonBiathlon
Voir le calendrier complet
Annonceur
Annonceur
Annonceur