Annonceur
Annonceur

A la Une

France[2]

Michel Vion, nouveau président de la FFS

Passé par tous les échelons sportifs et professionnels du ski alpin, Michel Vion accèdera samedi à Annecy à la présidence de la Fédération française de ski, étant seul candidat à briguer la succession d'Alain Méthiaz qui a remis à flots la FFS.

Adoubé par le puissant Comité du Mont-Blanc, l'impétrant a finalement poussé vers la sortie l'ancien inspecteur de la Jeunesse et des Sports, également du Mont-Blanc, qui recouvrait depuis 2004 la plus haute charge de la FFS.

M. Méthiaz, qui a compris le message, a donc pris le parti, à 70 ans, de ne pas faire le combat de trop.

A 51 ans, Vion ajoute pour sa part un étage de plus à sa fusée qui avait décollé par le titre mondial du combiné, à vrai dire le moins prisé du programme alpin, en 1982 à Schladming (Autriche).

En 1992, alors qu'il avait quitté les planches cinq ans plus tôt, il est nommé directeur technique alpin après les jeux Olympiques d'Albertville. De 1999 à 2001, il prend du galon en devenant DTN.

Michel Vion rejoint ensuite les équipementiers Dynastar (2001-2005) et Rossignol (2005-2009) avec les fonctions de directeur de la course et du marketing.
                   
En avril dernier, quand il formalise sa candidature, le Savoyard peut alors dire: "J'ai une vision multi-discipline".

"Dans un premier temps, il n'y aura pas de modification au niveau de l'encadrement des équipes", souligne un +ancien+ de la FFS. Michel Vion ne changera pas l'organigramme des équipes de France reconduit au printemps malgré le zéro pointé du ski alpin aux JO de Vancouver, du moins jusqu'aux Mondiaux-2011 de Garmisch-Partenkirchen (Allemagne).

Michel Vion arrive d'ailleurs au bon moment. Les finances sont redevenues saines et le ski alpin peut compter à nouveau sur son chef de file Jean-Baptiste Grange, blessé la saison dernière, et nourrir de grands espoirs avec une jeune génération très prometteuse. De plus, le biathlon est au beau fixe, le ski de fond masculin brille et Jason Lamy-Chappuis une star du combiné nordique, le saut à ski reste pour le moment plus en retrait.

En revanche, plus incertain apparaît l'avenir du DTN Fabien Saguez et du DTA (directeur technique alpin) Yves Dimier. Les échecs olympiques vont peut-être laisser plus de traces que prévu. (avec AFP)

Vous pouvez réagir à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.

Photo : copyright Nordic Focus

A lire aussi:

Annonceur
Annonceur

Dates à retenir

 16/11/2018Ski de fond : FIS Beitostolen, Bruksvallarna, SaariselkäSki de fond
 16/11/2018Saut à ski : Coupe du monde WislaSaut à ski
 17/11/2018Ski alpin : Coupe du monde LeviSki alpin
 21/11/2018Ski alpin : Coupe du monde Lake LouiseSki alpin
 23/11/2018Saut à ski : Coupe du monde RukaSaut à ski
 23/11/2018Combiné nordique : Coupe du monde RukaCombiné nordique
 24/11/2018Ski de fond : Coupe du monde RukaSki de fond
 24/11/2018Biathlon : Courses Internationales SjusjoenBiathlon
Annonceur
Annonceurs

Italian

Italian

Italian    Italian

Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur