Annonceur
Annonceur

Saut à ski

Descombes

Le saut à ski Français dans une situation catastrophique

Absence de moyens financiers, résultats sportifs proches du néant, sauteurs complètement démoralisés, la discipline file droit dans le mur. Vincent Descombes-Sevoie, seul Français sur la Tournée, raconte le désastre.

Depuis quelques années les résultats de nos sauteurs à ski ne sont pas terribles. Certes de temps en temps on a droit à une embellie mais force est de constater que l'écart avec les meilleures nations ne cesse d'augmenter.

Seule Coline Mattel parvient à briller mais c'est un épi-phénomène qui ne reflète pas du tout la situtation actuelle de la discipline. 

Vincent Descombes-Sevoie, seul Français engagé sur la Tournée des 4 Tremplins n'a pas le moral. Il a même choisi de quitter la Tournée pour rejoindre le circuit inférieur. Cela au moment même ou son coéquipier Manu Chedal annonce la fin de sa carrière ! Tout va vraiment très mal !

"Mon moral n'est pas bon car je n'ai pas de résultats. Je suis toujours seul avec notre coach Slovène Matjaz Zupan et la barrière de la langue n'arrange rien même si je me débrouille en Anglais. Par contre pour parler technique et règler les détails c'est compliqué. Ce n'est pas aussi précis qu'avec un Français. Avec le reste du groupe France, les relations ne sont pas faciles, ils sont jeunes et parlent pas bien Anglais." explique Descombes-Sevoie dans le journal l'Equipe.

"En plus on est toujours seul, on a même pas de farteur et on doit s'occuper de nos skis. On a pas de préparateur physique, pas de diététicien, du coup on se pèse quatre fois par jour. Quand on arrive la veille d'un concours il faut tout faire et on a plus de temps pour travailler et analyser à la vidéo, faire du physique ou simplement se reposer. Et on exige que l'on fasse autant de résultats que les autres nations mais avec aucun moyens ! Quand je vois que Tessa Worley est entourée de neuf personnes en alpin...poursuit Descombes-Sevoie visiblement dégoûté.

"Après ces deux étapes de la Tournée ou je ne me suis pas qualifié, j'ai décidé avec mon coach de rejoindre Zakopane en Pologne pour sauter en Coupe Continentale. On a mis 10 heures en voiture en se relayant tous les deux. C'est long mais j'ai l'habitude. Il y a dix jours je suis allé en Allemagne pour faire des combinaisons sur mesure. Je suis parti de chez moi à deux heures du matin, je suis rentré le même jour à minuit avec 1500km au compteur, c'est très long. Pareil pour Zakopane, pour revenir en France c'est 15 heures de bus alors si la Fédé ne veut pas me payer l'avion, je paierai moi-même" conclu le sauteur Haut-Savoyard

Un tel témoignage vaut beaucoup plus que toutes les explications. La sonnette d'alarme est tirée car la discipline est tout simplement en danger de mort dans notre pays. 

Photo : Nordic Focus

 

 


Annonceur

Dates à retenir

 14/12/2017Coupe du Monde Val GardenaSki alpin
 14/12/2017Coupe du Monde Le Grand BornandBiathlon
 14/12/2017IBU Cup ObertilliachBiathlon
 14/12/2017Coupe du Monde Val d'IsèreSki alpin
 15/12/2017OPA Cup St Ulrich PillerseetalSki de fond
 15/12/2017Coupe du Monde EngelbergSaut à ski
 16/12/2017Coupe du Monde ToblachSki de fond
 16/12/2017Coupe du Monde RamsauCombiné nordique
Annonceur
Annonceurs

Italian

Italian

Italian    Italian

Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur Annonceur
Annonceur Annonceur
Annonceur