Annonceur
Annonceur

A la Une

Julia SImon

*Ça farte* avec Julia Simon : "Gagner en régularité"

Nous inaugurons aujourd'hui notre nouvelle rubrique, nommée "ça farte", qui fera la part belle aux interviews de vos championnes et champions préférés. On débute avec la biathlète Julia Simon, la révélation de l'hiver 2019...

...

...

L’été est maintenant fini, à moins de deux mois de l’ouverture de la saison fin novembre, quel est votre état d’esprit ?

"L’été s’est bien passé, les blocs de travail ont été bien digérés et on entre maintenant dans la ligne droite finale de la préparation. Je me sens bien et j’ai hâte de mettre les premiers dossards sur neige en novembre."

 

Quel est votre programme avec l’Équipe de France jusqu’au début de la saison ?

"Nous partons en stage dans le Jura lundi et nous terminerons par le Summer Tour. Ensuite, ce sera quelques jours à la maison et nous partirons à Sjusjoen en Norvège pour effectuer notre retour sur la neige.

Nous prendrons part aux courses de préparation à Sjusjoen avant de se retrouver à Ostersund pour l’ouverture de la coupe du monde."

 

Comment s’est passée votre préparation estivale ? Vous sembliez en forme au Blink Festival et sur la première étape du Summer Tour aux Tuffes.

"Ma préparation s’est bien passée, je suis satisfaite de mon niveau physique du moment. Les blocs de volume ont été très bien assimilés et de belles séances ont été effectuées."

 

Que vous apporte l’arrivée de Franck Badiou comme nouvel entraîneur de tir ? Sur quoi avez-vous mis l’accent au tir tout au long de l’été ?

"Cela fait maintenant un peu plus d’un an que je travaille sur un point technique derrière ma carabine mais j’ai encore un peu de mal à le mettre en place.

Franck m’aide donc à comprendre l’importance de ce point et me rappelle à l’ordre quand je m’éloigne de l’objectif. On a fait évoluer un peu ma position debout et je cherche maintenant plus de régularité dans mon tir."

 

Qu’avez-vous travaillé en ski ? Avez-vous l’impression d’avoir gagné en rapidité ?  

"J’ai essayé de régler quelques petits points, là aussi, techniques et surtout gagner en relâchement car on ne peut pas dire que je sois quelqu’un de très détendu en ski...

J’espère réussir à gagner quelques secondes cet hiver, les premières courses nous le diront."

 

Contrairement à l’année précédente, vous allez débuter la Coupe du monde avec le statut de titulaire, que cela change-t-il pour vous ?

"Etre titulaire et éviter les sélections de début de saison enlève un peu de pression, cela permet de se préparer un peu plus sereinement et de se poser moins de questions sur la forme du moment."

 

Quels sont vos objectifs pour l’hiver qui arrive après une première saison complète ?

"J’aimerais gagner en régularité surtout sur le tir et réduire le plus possible les petits moments  il est difficile de se concentrer. Le plus important sera de garder toujours autant de plaisir derrière ma carabine et sur les skis !

 

Vous allez notamment avoir la chance de courir « à la maison » fin décembre au Grand Bornand, que signifie pour vous cette étape ?

"Pour avoir la chance de courir à la maison fin décembre il faudra être performante sur le début des épreuves de Coupe du monde.

L’étape au Grand Bornand sera forcément quelque chose de fort en émotions, courir devant la famille et les amis doit être quelque chose de génial…"

 

Avez-vous un ou une biathlète modèle qui vous inspire ?

"J’ai été inspiré par quelques filles quand j’étais jeune, notamment Dorothea Wierer pour sa vitesse de tir."

Simon190119et3806__600x399[1].jpg

Il me semble que vous n’avez pas encore de contrat avec l’armée ou les douanes, comment arrivez-vous alors à vivre du biathlon ?

"Je suis maintenant en contrat avec la douane depuis début juillet. Je les remercie de m’accueillir dans leurs rangs !"

 

En France, depuis qu’il est diffusé en clair sur la chaîne l’Équipe, le biathlon séduit maintenant de nombreuses personnes et certaines d’entre elles peuvent avoir la critique facile.

Comment vivez-vous cette médiatisation croissante de votre sport et comment la gérez vous ?

"J’ai eu la mauvaise idée, il y a deux hivers de lire certains commentaires après une course et je dois dire que certaines personnes m’ont vraiment blessée. Le biathlon commence à être reconnu, c’est très bien pour notre sport.

J’essaie de ne plus lire les commentaires, je fais du biathlon car j’aime ce sport et les émotions qu’il me procure, ce que disent ou pensent les gens ne doit pas nous atteindre."

 

Que pensez-vous des nouveaux formats proposés par l’IBU, notamment en IBU Cup (mass start à 60, super sprint) ?

Ainsi que de leur souhait de rajouter une étape en début de saison, souhait que nombre de biathlètes comme Johannes Bo ont vivement critiqué ?

"Je n’ai jamais participé à ces deux épreuves.

Pour ce qui est de la mass start à 60 je trouve cela dommage car c’est une course qui regroupe les 30 meilleurs du moment et pouvoir en faire partie est pour moi une fierté et une récompense de belles courses réalisées avant.

Je n’ai pas réfléchi à ce que pouvait changer l’ajout d’une étape en début de saison. Je laisse les athlètes avec plus d’expérience s’exprimer sur ce sujet."

...

Photos : Nordic Focus

...

 


Annonceur
Annonceur

Dates à retenir

 29/11/2019Ski de fond - Coupe du Monde - RukaSki de fond
 30/11/2019Biathlon : Coupe du monde ÖstersundBiathlon
 07/12/2019Ski de fond - Coupe du Monde - LillehammerSki de fond
 13/12/2019Biathlon : Coupe du monde HochfilzenBiathlon
 14/12/2019Ski de fond - Coupe du Monde - DavosSki de fond
 19/12/2019Biathlon : Coupe du monde Grand BornandBiathlon
 21/12/2019Ski de fond - Coupe du Monde - PlanicaSki de fond
 28/12/2019Tour de Ski - Etape 1 - LenzerheideSki de fond
Annonceur
Annonceurs

Italian

Italian

Italian    Italian

Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur