Annonceur
Annonceur

A la Une

Christian Manzoni

Antholz - Emilien Jacquelin champion du monde

Sensationnelle performance du biathlète Dauphinois devenu cet après-midi champion du monde de poursuite en dominant au sprint le grand Johannes Thingnes Boe. Un exploit en ma-jus-cule...

...

...

Un potentiel en OR

Emilien Jacquelin, 24 ans, vient d'écrire aujourd'hui à Antholz une des plus belles pages de l'histoire du biathlon Français en gagnant cette poursuite mondiale.

Une course qu'il aura totalement maîtrisée du début à la fin avec un tir parfait, une gestion de course digne des plus grands, et une dernière boucle d'anthologie face au grand Johannes Boe.

Jacquelin avait déjà montré cet hiver une partie de son énorme potentiel physique et technique. Aujourd'hui il est tout simplement passé deux étages au-dessus en devenant champion du monde avec l'étoffe d'un patron.

On pourrait même ajouter avec les épaules d'un futur vainqueur du général de la coupe du monde ! On le sait, il ne faut pas, il ne faut jamais aller trop vite en besogne dans le sport de très haut niveau, mais ce garçon possède toutes les qualités pour...

Le gabarit, la puissance, la tête, le mental, la précision, la vitesse et un modèle, en la personne de Martin Fourcade. Emilien, qui s'entraîne souvent avec son mentor, n'a jamais caché qu'il s'était inspiré de lui pour progresser.

Cet après-midi, l'élève a dépassé le maître qui termine 4e. On ne sait pas encore si ce sera comme un passage de relais. Il faudra attendre la fin mars pour savoir si oui ou non Martin Fourcade participait à ses derniers mondiaux (nous ne l'espérons pas!).

En attendant, c'est toute l'équipe de France qui va ouvrir le champagne ce soir et savourer l'avénement d'un très grand champion, d'un nouveau potentiel... en OR.

...

...

Une poursuite simplement parfaite

Emilien Jacquelin, 6e du sprint, ne s'est pas affolé en début de course. Très sûr de lui, notamment au tir, il va construire sa course tout d'abord en faisant tomber les dix cibles au tir couché.

Ensuite, une fois l'écrémage fait parmi les favoris, il va continuer sur sa lancée au debout et arriver sur le dernier tir en tête avec Loginov, toujours impressionnant mentalement, et Johannes Boe.

Le Russe va alors manquer sa seule balle (19/20), Boe ne va pas trembler pour réaliser le carton plein et Jacquelin, énorme, oubliant la pression, va parfaire son œuvre pour sortir LE 20/20.

Il jette alors un regard ferme à son rival Norvégien, l'air de dire "à toi de venir me chercher maintenant". Il met le doute dans la tête de Boe, comme Fourcade a tant de fois su le faire, et ça va marcher.

Usé par deux tours de pénalité supplémentaires, Johannes ne parvient pas à lâcher le Français qui prend de plus en plus confiance. Jacquelin sent l'odeur de l'or se rapprocher et prend les commandes à l'approche de la dernière descente avant le sprint.

Derrière, Boe semble tout petit, derrière cet immense gaillard qui va venir chercher son premier succès en carrière sans trembler. Un premier succès synonyme d'or mondial, c'est ENORME.

Le Norvégien est dégoûté, frustré, il pensait avoir fait le plus dur en se débarassant de Fourcade et de Fillon Maillet mais cette équipe de France 2020 est une pieuvre aux multiples tentacules gagnantes.

Elle n'a d'ailleurs pas utilisé toutes ses armes car nous attendons avec impatience la première médaille de Simon Desthieux, qui ne saurait tarder.

On n'oubliera pas cette journée de si tôt !

...

Loginov en bronze, Fourcade 4e.

Malgré toutes les attaques reçues contre lui, le Russe a montré qu'il n'était pas du genre à se laisser démonter. Il passe tout près d'un 20/20 et peut-être du doublé en ratant sa seule cible sur le dernier debout.

Cette fois on ne va surtout pas s'en plaindre. Loginov sera tout de même récompensé avec le bronze à 23sec.

Martin Fourcade prend le 4e rang à 46sec, sans doute un peu déçu en raison de ses deux erreurs, mais tellement content pour son élève, pour son pote Emilien Jacquelin, qui vit à ses côtés dans le Vercors.

Quentin Fillon-Maillet, pénalisé d'entrée par quatre fautes inattendues (un joli groupé mais hors de la cible), ne va rien lâcher pour défendre sa place au général. Il va terminer sa poursuite au 7e rang, juste devant Simon Desthieux.

...

Vivemement la suite !

 

...

Le classement complet ICI

Les classements de la coupe du monde ICI

...

Photo : Nordic Focus

...


Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceurs

Italian

Italian

Italian    Italian

Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur