Annonceur
Annonceur

A la Une

14.03.2020, Kontiolahti, Finland (FIN):Dorothea Wierer (ITA) -  IBU World Cup Biathlon, cups, Kontiolahti (FIN). www.nordicfocus.com. © Manzoni/NordicFocus. Every downloaded picture is fee-liable.

Biathlon - Bilan - Le général 2020 pour Wierer

La star Italienne, double vainqueur du globe de cristal en 2019 et 2020, devient la seconde biathlète de l'histoire à réussir cet exploit. Elle aura du attendre la toute fin de saison pour distancer la tenace Tiril Eckhoff...

...

...

Une saison de rêve

Dorothea Wierer, 30 ans depuis quelques jours, se souviendra longtemps de cet hiver 2020. Très heureuse et surtout fatiguée après son premier globe obtenu en 2019, l'Italienne a mis du temps pour retrouver son envie.

Certains imaginaient une Lisa Vittozzi, plus jeune, prendre les commandes de la Squadra, mais la reine n'a rien lâché, bien au contraire.

D'entrée elle remporte le sprint d'Östersund avant de récidiver quelques jours plus tard à Hochfilzen. Les dés sont jetés et Wierer ne quittera plus le Top 3 du général jusqu'en fin de saison.

Malgré quelques légers coups de moins bien, elle gêre son hiver de façon exceptionnelle en venant, chez elle, sans son village natal, remporter deux médailles d'or sur les mondiaux d'Antholz.

D'Oro, atteint la consécration, un des sommets de sa carrière, en alliant brio, force de caractère et précision. La dernière partie de saison sera un peu plus difficile, la fatigue se faisant sentir.

Au bout du suspense, elle parviendra finalement à conserver son dossard jaune sur la toute dernière course de la saison.

Wierer, 18 ans après Forsberg, devient la seconde biathlète de l'histoire victorieuse du gros globe deux fois consécutivement.

...

Une histoire record

Tiril Eckhoff, 30 ans également, a signé la meilleure saison de sa carrière. La Norvègienne, en feu durant toute la saison, est passée tout près du cristal.

Malheureusement pour elle, une entame manquée à Östersund et des courses individuelles très décevantes aux mondiaux lui coûtent la première place du général.

Eckhoff termine l'hiver à seulement 7 points de Wierer, après avoir senti l'odeur du globe, de très près.

Victorieuse sept fois cette saison, elle fait beaucoup mieux que toutes ses rivales lorsqu'elle allie une précision inédite jusque là et sa vitesse de ski.

Par contre, elle manque encore de sécurité lorsqu'elle se sent moins bien, contrairement à Wierer, mois souvent gagnante, mais plus souvent présente dans le Top 20.

Ses deux médailles d'or obtenues aux mondiaux, en relais, viennent encore embellir la meilleure saison de sa carrière, en attendant le gros globe ? (suite sous la photo)

...

Eckhoff140320cm97 (1).jpg

...

Une confirmation

L'ancienne fondeuse Denise Herrmann, 31 ans, réalise elle aussi son meilleur hiver depuis son arrivée sur le circuit mondial du biathlon.

Comme à son habitude, la nouvelle leader du fond Allemand prend son temps pour atteindre son plein rendement. Plutôt discrête à Östersund, puis à Hochfilzen, elle pointe le bout de sa carabine au Grand Bornand.

Dès lors, elle ne quittera plus les places d'honneur et deviendra le plus souvent la fille la plus rapide sur les skis.

Très impressionnante, Herrmann fait figure d'épouvantail durant les mondiaux ou, heureusement pour ses rivales, elle commettra encore quelques erreurs au tir.

Malgré tout, elle quitera Antholz avec l'argent de la poursuite et du relais avant de boucler sa saison au 3e rang mondial, après deux succès sur les sprints de Nove Mesto, puis de Kontiolahti.

L'Allemande complète donc ce podium du général 2020, totalement réservé aux trentenaires.

...

Une promesse

On quitte cette fois les biathlètes "plus âgées", pour découvrir la performance réussie par la prometteuse Hanna Oeberg, seulement 24 ans.

Classée 5e du général de la coupe du monde en 2019, la leader d'une équipe Suédoise toujours en progrès, grimpe d'un rang dans la hiérarchie mondiale, tout en confirmant l'étendue de son talent.

Une seule fois victorieuse cet hiver, mais placée sept fois sur le podium, elle démontre une nouvelle fois qu'elle savait tout faire bien.

Il lui a manqué un peu d'expérience, un zest de mental en plus, et sans doute l'étape du Grand Bornand (elle était malade) pour venir tacquiner les trois trentenaires.

Ce pourrait être chose faite dès l'an prochain ou elle sera sans doute aidé, voire poussé par la venue de la star du ski de fond Stina Nilsson.

...

Une deuxième reine

Et si c'était elle la meilleure biathlète de l'hiver ? La question mérite d'être posée car Marte Olsbu-Roeiseland, épouse de l'entraineur de l'équipe féminine B Norvégienne, a réussi un hiver et surtout des mondiaux exceptionnels.

Du haut de ses 29 ans, elle est entrée dans ses meilleures années et ça se voit. Très rapide sur les skis, de plus en plus précise au tir, Roeiseland fait désormais peur à tout le monde.

Elle avait sans doute le général dans les jambes mais en zappant l'étape du Grand Bornand pour préparer les mondiaux, puis en manquant Nove Mesto et Kontiolahti, ce n'était pas jouable.

On la retrouve malgré tout au 5e rang de ce général 2020, ce sera son seul objectif l'an prochain.

Devenue la reine des mondiaux en remportant la bagatelle de 5 médailles d'or et 2 médailles de bronze sur sept courses, la Norvégienne est entrée à sa manière dans l'histoire, par la très grande porte. (suite sous la photo)

...

Roeiseland230220cm16 (2).jpg

...

Une belle surprise

Franziska Preuss, 26 ans, N°6 mondiale, c'est un meilleur classement en carrière pour l'Allemande. Tout au long de l'hiver, elle a fait preuve d'une régularité incroyable en sortant rarement du Top 10.

Cette fille, qui a toujours évolué dans l'ombre de Laura Dahlmeier puis de Denise Herrmann, a pris le temps de se construire, de progresser à son rythme avant de s'installer parmi les meilleures.

On a vraiment l'impression, avec son air de ne pas y toucher, qu'elle est encore capable de faire beaucoup mieux lors des prochaines années.

Preuss est devenue la seconde carte maitresse du biathlon Allemand et son âge lui donne même le droit de rêver au cristal à moyen terme.

...

Une héritière

La Norvège prépare à la fois le présent et l'avenir avec la talentueuse Ingrid Landmark Tandrevold, seulement âgée de 23 ans. 

Classée 11e du général en 2019, dès sa 3e année sur le circuit mondial, elle grimpe encore plus haut dans la hiérarchie en se classant cet hiver au 7e rang, juste devant Julia Simon et Justine Braisaz.

Tandrevold aura marqué les esprits tout au long du mois de décembre en obtenant plusieurs podiums, notamment une magnifique 2e place sur la poursuite du Grand Bornand.

Ensuite elle va marquer le pas et se faire un peu plus discrète en se plaçant plus rarement dans les 10 premières.

Toujours là pour apprendre, elle évolue sans pression et apprend sans doute beaucoup au contact de ses deux leaders, en attendant de devenir à son tour la N°1 dans son équipe ?

...

Une paire très intéressante

On continue avec la même génération avec Julia Simon et Justine Braisaz, 23 ans toutes les deux. Une paire qui a fait toutes ses classes ensemble au Club des Saisies avant de rejoindre l'équipe de France.

Braisaz avait pris de l'avance à l'aube de ses 20 ans mais Simon l'a aujourd'hui rejointe pour devenir cet hiver la nouvelle N°1 Tricolore avec un excellent 8e rang au général, juste devant sa coéquipière.

Malgré des mondiaux ratés, pour l'ensemble des bleues, les deux Savoyardes ont réussi de belles choses.

Simon est montée trois fois sur le podium avec, on s'en souvient tous, une victoire sur la poursuite de Kontiolahti, ultime course de la saison.

Braisaz s'est imposée une fois également, le parallèle entre les deux est étonnant, sur le 15km d'Östersund, sans oublier son podium au Grand Bornand.

On continue le mimétisme entre les deux filles avec les mêmes qualités sur les skis, très rapides, et les mêmes soucis pour abattre régulièrement les cibles. 

Aujourd'hui présente dans le Top 5 mondial des moins de 25 ans, notre paire devra améliorer son pourcentage de précision pour devenir, prochainement, membre du Top 5 tout âge confondu. (suite sous la photo)

...

Simon140320cm174.jpg

...

Une déception

Lisa Vittozzi, 25 ans, deuxième du général de la coupe du monde 2019, tout près de Wierer, espérait beaucoup mieux de cet hiver 2020. 

Très impressionnante tout au long de la saison estivale, elle faisait logiquement figure de favorite pour le globe. Malheureusement elle prend d'entrée une grosse claque en terminant 70e à Östersund.

Le doute entre alors dans la maison Vittozzi et il n'en sortira plus, malgré tous ses efforts. 

L'Italienne essaye toutefois de rester positive, de garder un semblant de sourire avant d'être récompensée au moment ou plus personne ne l'attendait.

4e du sprint de Kontiolahti et 3e de la poursuite gagnée par Simon, Vittozzi a finalement du regretter cette fin de saison prématurée.

...

Une retraite

Après une quinzaine d'années sur le circuit mondial, l'immense Kaisa Makarainen, triple vainqueur du globe de cristal, a tiré sa révérence à l'issue de cette saison.

11e du général de la coupe du monde, la Finlandaise remporte cet hiver son dernier succès, le 27e, lors du mass-start d'Oberhof. 

Avec ses 85 podiums en sus, elle nous aura régalé des dizaines de fois. Championne au combien sympathique et attachante, Makarainen aurait pu faire encore mieux si elle n'était pas membre d'une petite nation.

Son équipe n'a jamais eu les moyens de la Norvège, de l'Allemagne, de la Russie et de la France, son mérite et ses résultats en prendront encore plus de relief.

...

Une virée à l'Est

On continue notre revue 2020 avec la présence de la Polonaise Monika Hojnisz-Starega au 12e rang mondial. Le poids plume de la discipline, 10e l'an passé, confirme de belle manière, avec notamment deux 4e places.

Paulina Fialkova, 27 ans, comme Hojnisz, régresse par rapport à la saison dernière. La Slovaque passe de la 6e à la 13e place malgré un podium.

La jeune Tchèque Marketa Davidova grimpe encore dans la hiérarchie en passant de la 21e à la 14e place. Elle possède un gros potentiel et devrait continuer à se rapprocher des toutes meilleures.

Ekaterina Yurlova, l'ancienne, termine une nouvelle fois meilleure Russe au général avec un 17e rang, juste devant Kuklina 21e et Mironova 23e.

Côté Ukrainien et Biélorusse le bilan est très sombre avec Pidrhushna 25e et Kryuko 29e. (suite sous la photo)

...

Makarainen140320cm63.jpg

...

Une équipe de France en demi-teinte

On a évoqué les bons résultats de Simon et de Braisaz et les mondiaux ratés avant de retrouver une Anais Bescond au 15e rang mondial.

Un peu à l'image de tout le groupe, la Jurassienne a brillé par intermittence, rendant l'analyse plus difficile. Elle s'est offert trois podiums durant une saison qui restera, pour elle, de bonne facture.

Célia Aymonier, 28e, moins bien classée que lors des saisons précédentes, n'a pas réussi à passer le cap. Malgré ses efforts, le tir sera resté une immense barrière pour son passé de fondeuse.

Elle a finalement décidé de se retirer à l'issue de cette saison.

Chloé Chevalier, 24 ans, se classe 53e en attendant le retour de sa soeur Anais prévu dans les prochaines semaines. Caroline Colombo, 24 ans également, se classe 69e.

...

Le classement général de la coupe du monde ICI

...

Photos : Nordic Focus

...

 

 


Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceurs

Italian

Italian

Italian    Italian

Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur