Annonceur
Annonceur

LE FIL INFO 24/24

GEPA-28021944051

Le choix de Stina Nilsson fait parler

Hanna Oeberg, Dorothea Wierer, Denise Herrmann, comme nous tous, ont été très surprises en apprenant le choix de l'ex fondeuse Suédoise désormais tournée vers le biathlon...

...

...

"J'ai regardé le calendrier"

Maiken Caspersen Falla, la fondeuse Norvégienne, grande rivale de Stina Nilsson en coupe du monde ces dernières saisons, résume bien le sentiment de tous.

"Lorsque j'ai appris le choix de Stina, j'ai tout de suite regardé le calendrier, je voulais m'assurer que nous n'étions pas le 1er avril.

Je suis évidemment très surprise, déçue de la voir quiiter le ski de fond mais je lui souhaite bien sur plein de bonnes choses pour la suite."

Avec ses 23 succès sur le circuit, un titre olympique et deux titres mondiaux, la Suédoise a vraiment effectué un choix innatendu et très rare dans l'histoire de ces deux sports pour une fille possédant un tel palmarès.

...

"Une surprise totale"

Pour Hanna Oeberg, la N°1 du biathlon Suédois, N°4 mondiale, c'était la même surprise. "Cela m'a fait un choc d'apprendre cette nouvelle, c'est une surprise totale" avouait-elle à la SVT.

"Je ne m'attendais pas du tout à voir Stina nous rejoindre. Ce sera sans doute très excitant. Nous connaissons ses qualités sur les skis mais elle devra aussi apprendre à tirer.

Ce n'est pas quelque chose que l'on maitrise en une journée. Il lui faudra beaucoup de temps mais je pense qu'elle s'investira à 100% pour réussir.

Aujourd'hui je ne peux pas vous dire combien de temps cela lui prendra, certaines personnes apprennent plus vite que d'autres. Pour moi c'est super de la voir rejoindre l'équipe."

...

"Elle aura besoin de temps"

Pendant que Nilsson débute déjà son entrainement de biathlète sur le pas de tir d'Östersund, la NRK a souhaité interroger Denise Herrmann, arrivée elle aussi du ski de fond avant de devenir une des meilleures biathlètes du monde.

L'Allemande ne possédait pas le même palmarès, mais son parcours, son expérience et son avis méritent l'écoute.

"Elle aura forcément besoin de temps mais je sais qu'elle est motivée. J'ai mis environ deux ans pour apprendre avant de gagner une première fois. 

Je pense qu'elle pourrait évoluer en coupe du monde en cours de saison. Pour moi, elle sera en mesure de jouer pour les médailles olympiques à Pékin en 2022.

Aujourd'hui son tir est loin d'être parfait (Herrmann a donné son avis après avoir regardé une vidéo de Nilsson à l'entrainement) mais lorsque j'ai débuté, je crois que c'était pire."

...

"Un choix courageux"

Dorothea Wierer, double vainqueur du général de la coupe du monde, 2019 et 2020, lors d'une récente interview sur un média Italien, a elle aussi été invité à donner son avis.

"Avec ses 26 ans, elle est encore assez jeune pour apprendre le biathlon, elle a fait un choix courageux." indique Wierer.

"Stina avait sans doute besoin de trouver d'autres challenges pour conserver la motivation et cela pourrait nous pousser, les biathlètes, à travailler encore plus.

Mais attention toutes les fondeuses ne réussissent pas. La Française Célia Aymonier, par exemple, venait du fond, et n'a jamais réussi à devenir un des grands noms du circuit.

Stina va devoir s'entrainer dans deux disciplines et forcément elle aura moins de temps pour travailler ses temps de ski."

...

"Stina est extraordinaire."

Pour Wolfgang Pichler, l'ancien entraineur Allemand des équipes Suédoises de biathlon, le potentiel de Nilsson est énorme.

"Les gens extraordinaires ont besoin de solutions extraordinaires et Stina est extraordinaire. C'est une grande nouvelle de la voir rejoindre le biathlon.

Si la Fédération lui donne les moyens de bien travailler, lui donne les possibilités de tirer deux à trois heures par jours pendant deux mois, elle apprendra vite.

Pour moi elle peut devenir la meilleure biathlète du monde, ce sera également une chance pour Hanna qui va sans doute encore progresser à ses côtés" conclu l'expérimenté Pichler.

...

Pour quand un premier podium ?

Il faudra patienter jusqu'en novembre, si tout va bien, pour la retrouver en compétition mais il parait difficile, voire impossible de la voir briller dès ses débuts en biathlon.

Stina Nilsson aura sans doute besoin au grand minimum d'une ou deux saisons pour apprendre avant d'espérer un podium en coupe du monde.

Magdalena Forsberg, devenue la biathlète le plus titrée au général de la coupe du monde de biathlon féminin, avec 6 victoires, était elle aussi une ancienne fondeuse.

Après sa première carrière, brillante, elle s'était tournée vers le biathlon après les JO de 1992, deux ans et demi plus tard, elle décrochait sa première victoire en coupe du monde de biathlon.

Nul doute que Nilsson connait sur le bout des doigts l'histoire de sa coéquipière.

...

Photo : Nordic Focus

...

 

 


Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceurs

Italian

Italian

Italian    Italian

Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur